By Aurelie Dagneaux, KF11, Ecuador

This post was originally named “I’m gonna be your eyes and ears”. This is how Kiva best describes his fellows’ job on the field. Indeed, we are sent to listen, watch and report how things are working over there, what neither Kiva nor you can see from San Francisco or your home country.

Why did I change the title then?
Firstly, because the meaning of this sentence is not straightforward, it takes time to figure it out.
Secondly, because we are more than just witnessing and reporting, we are also there to DO, to improve what Kiva cannot do from the US. In that way, we could be considered as “extra arms” of Kiva and “small hands” of the microfinance institutions for 3 months.
Being an insider and an outsider at the same time is a unique opportunity.

Before explaining any further what I will actually do, let me introduce myself.

I will be serving as a French Kiva Fellow in Ecuador from May to August. I went to a business school in France, started a classical career as management consultant. It took me 3 years to realize I no longer wanted to help the rich get richer, but finally to have a sustainable impact in the world. That’s when microfinance came into the picture.

The idea was not new to me, but what suddenly became clear is that microfinance was the path for me to achieve that. And that’s how I quit my job, did a master in microfinance, while working for microfinance in Europe. After a year of theory, it was time for me to see whether it would meet reality on the field.

That’s when Kiva came into the picture. I first read about Kiva in 2007 through an article in the French newspaper “Libération”, but I wasn’t ready yet for that path. In November 2009, I finally applied as a fellow, with a triple goal to help alleviate poverty, educate and grow “Socially responsible investors” (you), and have a real impact on the field.

Kiva - loans that change lives Why Kiva? I could have gone to any microfinance institution (MFI) to see life in the field. Yet, Kiva gives you the unique chance to work for and with 4 stakeholders at the same time: the lenders, the borrowers, the MFI, and Kiva.

Kiva’s reputation has crossed the Ocean, and if (for the time being) the French lending team remains small, there are indeed tons of Kiva fans across the Atlantic, not just in France. A group of them is currently working on developing a French translation of Kiva.

And that’s where I finally tell you what I will be doing here in Ecuador…

I have just joined Cooperativa San Jose, a new partner of Kiva since January 2010, in the Andes mountains. My job will be to help them graduate from pilot phase to “adult” or active phase, which means they are able to do all Kiva processes alone. Following the great work started by another fellow, Josh, I will help my MFI post new entrepreneurs’ profiles on Kiva to raise more money, inform you on how their borrowers are doing and what loans have changed in their lives (journals), and train the MFI on how to best do Kiva’s job. Therefore, I am already meeting borrowers every other day.

My other job will be to advertise Cooperativa San Jose work among you, so that you invest in their borrowers. To achieve the awareness and education part, I plan in the coming weeks to 1) explain you more on how to best use Kiva, 2) give you an insight from behind the scenes through the eyes of my microfinance knowledge and 3) entice you to be part of the change

Start acting now: Lend to a borrower! and Join the Cooperativa San Jose lending group!

Copyright of Kiva picture with Eiffel Tower: Kiva France fans

———————————————————————————————————————–

Par Aurelie Dagneaux, KF11, Equateur

Ce post  a failli s’appeler : «Laissez-moi être vos yeux et vos oreilles en Equateur ». C’est ainsi que Kiva décrit le job de ses « fellows » sur le terrain. En effet, notre mission est d´écouter, observer et informer sur ce qui se passe sur place, ce que ni Kiva ni vous ne pouvez voir depuis San Francisco ou depuis chez vous.

Pourquoi avoir changé le titre alors, me direz vous ? Pour commencer, parce qu’une telle phrase est loin d’être explicite, et qu’il faut quelque temps pour la comprendre.

Ensuite, parce que nous faisons plus que constater et rapporter, nous sommes aussi ici pour FAIRE et améliorer ce que Kiva ne peut faire depuis les Etats-Unis. On pourrait dire que nous sommes des bras supplémentaires pour Kiva, et des petites mains de plus pour les institutions de Microfinance (IMF) pendant 3 mois. Etre à la fois interne et externe à l’organisation est une opportunité unique.

Avant de vous expliquer plus en détail ce que je vais faire, laissez moi commencer par me présenter.

Je serai votre relais terrain en Equateur de Mai à Aout. Après une école de commerce et des débuts en conseil en stratégie, il m’a fallu 3 ans pour réaliser que je ne voulais plus aider les riches à s’enrichir, mais enfin avoir un impact durable sur le monde, et c’est à ce moment que la Microfinance est entrée en scène.

L’idée n’était pas nouvelle pour moi, mais il est soudain devenu évident que la Microfinance était le chemin pour y parvenir.

C’est ainsi que j’ai quitté mon boulot, que j’ai fait un master en Microfinance, tout en travaillant pour celle-ci en Europe. Après un an de théorie, il était grand temps de voir si cette dernière rejoignait la réalité sur le terrain.

C’est ainsi que Kiva est entré dans ma vie. J’en ai entendu parler pour la première fois en 2007, à travers un article dans Libé, mais je n’étais alors pas prête pour le grand saut. En Novembre 2009, je me suis finalement décidée à envoyer ma candidature pour le programme des « fellows », avec pour triple objectif d’aider à réduire la pauvreté, d’éduquer et de faire croitre les investisseurs socialement responsables comme vous et moi, et avoir un impact réel sur le terrain.

Pourquoi Kiva ? J’aurais très bien pu aller dans n’importe quelle institution de Microfinance au monde pour voir à quoi ressemble la vie sur le terrain. Seul Kiva vous donne l’opportunité unique de travailler pour et en contact avec 4 parties prenantes à la fois : les prêteurs, les entrepreneurs, les institutions de Microfinance et Kiva.

La notoriété de Kiva a traversé l’océan Atlantique. Même si pour le moment, le groupe des prêteurs Français n’est pas encore très développé, il y a en réalité une myriade de fans de Kiva en Europe, et pas seulement en France. Un groupe de fans travaille en ce moment même à traduire Kiva en Français.

Voici enfin venu le temps de vous expliquer ce que je vais faire en Equateur.

Je viens de rejoindre la Coopérative San José, un nouveau partenaire de Kiva depuis Janvier 2010, dans les montagnes andines. J’ai pour mission de les aider à passer de la phase pilote à la phase « adulte » ou « active », c’est-à-dire qu’ils seront capables de gérer les procédures de Kiva tout seuls.

Je poursuis l’œuvre d’un « fellow » avant moi, Josh, pour aider la Coopérative San José à mettre en ligne des profils d’entrepreneurs pour trouver davantage de financement, vous tenir au courant de la situation des entrepreneurs que vous avez aidés, et de ce que le prêt a changé dans leur vie (à travers les « journaux ») et former mon IMF à optimiser leur façon de gérer Kiva. Pour ce faire, je rencontre des entrepreneurs tous les deux jours.

Mon autre mission consiste à mettre en avant le travail accompli par la Coopérative San Jose, de façon à ce que vous investissiez dans leurs entrepreneurs. Pour mener à bien la partie éducative et informative, j’ai prévu dans les semaines à venir de 1) vous expliquez comment utiliser au mieux Kiva, 2) vous montrer les coulisses à travers ma vision et ma connaissance de la Microfinance, et 3) vous inciter à être les acteurs de ce changement.

Commencez dès maintenant : Prêtez à un micro entrepreneur! et rejoignez le groupe des amis de la Coopérative San Jose !

Copyright du logo Kiva en Français : Kiva France fans


<< Fellows Updates